Sahara : Ramid ordonne l'ouverture d'une enquête sur les allégations de torture contre des sahraouis pro-polisario

Share

Le ministre de la Justice et des libertés, Mustapha Ramid, a ordonné au parquet d'ouvrir une enquête sur des allégations de tortures et de mauvais traitements contre des sympathisants du Polisario. Une action qui aurait été rendue possible sous la pression d'Amnesty International.

Pour la première fois, le parquet de la Cour d'appel de Laâyoune ordonne d'enquêter sur des plaintes faisant état «d'enlèvements et de tortures» présumés de la part d'officiers de la police judiciaire à l'encontre de civils sahraouis.

Il s'agit de plaintes déposées par les familles de prisonniers «politiques» sahraouis en détention provisoire depuis les 12 et 15 mai derniers à la prison locale de Laâyoune, arrêtés à l'issue d'une grande marche organisée le 4 mai pour revendiquer «l'autodétermination et l'indépendance du peuple sahraoui».

Des sources bien informées du milieu associatif de défense des droits de l'homme affirment qu'il s'agit d'une première dans le milieu judiciaire marocain. Selon ces mêmes sources, l'action du ministère public est intervenue suite aux demandes répétées d'Amnesty International pour enquêter sur des accusations de torture dont auraient été victimes 6 détenus sahraouis, parmi lesquels figure un mineur. Il s'agit de Mohammed Ali Saadi, Yassine Sidati, Mohamed Garnit, Aziz Hramech, Youssef Bouzid, et l'enfant mineur Houssain Abahe. Amnesty a adressé des courriers aux ministres de l'Intérieur et de la Justice, Mohand Laenser et Mustafa Ramid.

Les mêmes sources affirment que les allégations de «torture et de viol» perpétrés par des policiers contre des sahraouis po-polisario interviennent dans un contexte de pressions exercés par des ONG internationales sur le Maroc, comme HRW, le centre Robert Kennedy, Front Line ou encore des organismes affiliés à l'ONU tels le Haut commissariat des droit de l'homme, le rapporteur spécial sur la torture où suite aux recommandations du parlement européen à ce sujet.

Au moment des manifestations, en mai dernier, le ministre de l'Intérieur Mohand Laenser avait affirmé devant le Parlement que les forces de l'ordre avaient respecté la loi, malgré les vidéos diffusées sur internet et montrant l'intervention brutale des policiers. Mohand Laenser expliquait notamment qu'un "plan de provocation des éléments de maintien de l'ordre" avait été organisé et "financé par des milieux étrangers à travers le polisario". 




Share

Commentaires   

 
+8 #1 Vinci Nostradamus 11-08-2013 19:27
Monsieur Ramid Cela fait quoi d’être ministre de la Justice et des libertés , attendre la réaction des pays étrangers , que honte soit faite et réclamations qui vous poussent à pouvoir faire votre travail dans les normes? est ce que c'est une loi dans une charte de la politiques Marocaine? Devriez vous toujours vous faire pingler par les autres pays pour que vous fassiez votre travail?! Je vous remercies Monsieur Le Ministre de la Justice et des Libertés .
 
 
-5 #2 Hakim 11-08-2013 21:44
La torture et les humiliations visent tous les "petits et les sans grade", "le Maroc d'en bas" et les "awbaches" au Maroc qu'ils soient marocains, saharaouis ne se rejetant la nationalité marocaine, les immigrés sans papiers, les africains légaux de couleur noire (eh oui, il y a du racisme dans "le plus pays du monde."). Pour le sujet de l'article, il est bon de rappeler que le Maroc a subi un affront par l'ancienne représentante des États-Unis à l'ONU et la sénatrice démocrate Kerry Kennedy en voulant introduire une résolution portant sur la torture au Sahara. Les autorités marocaines n'ont aucune mémoire, ne tirent aucun enseignement de leurs erreurs. La diplomatie marocaine est inopérante juste bonne pour subir des humiliations de l'Espagne (les grâces royales, l'affaire de l'îlot Persil, les prospections de pétrole aux Canaries, Ceuta et Melilia, et la position espagnole double sur l'affaire du Sahara.)
 
 
-1 #3 menebhi bahia 11-08-2013 23:10
Les enquêtes ouvertes par les ministre de la justice ne sont jamais menées à bout surtouy quan elles portent sur la corruption et même suivie et demandées pa ICPC.
Le silence et les mesure dilatoires sont les réponses données aux instances de lutte contre la corruption.
Sauf si un Ambassadeur des anciens pays colonisateur interviennent; la réponse positive est instantannée et illégale
 

Ajouter un Commentaire

Conditions d'utilisation

Pour commenter les articles publiés sur le site de Lakome, il faut :

- Disposer d'une adresse de courrier électronique valable.
- S'inscrire sur le site de Lakome et se connecter.
- Etre âgé de plus de 18 ans.
- Ecrire dans un langage compréhensible de tous.

Lire la charte des commentaires

Articles récents

Enquête Exclusive

Commentaires récents

  • Le pédagogue: "Alharaame" en arabe traduit ce qui est illicite en Islaam. Le licite (alhalaal) est ...

    Lire la suite...

     
  • I AM REALLY SHOCKED TO LEARN THAT ALMOST HALF OF THE CHILDREN BORN IN MOROCCO 'NATURAL' MOROCCO IS ...

    Lire la suite...

     
  • ce mec est à l'image de ce gouvernemne,

    Lire la suite...

     
  • La question qui s'impose à l'occasion du nouveau gouvernement n'est pas, à mon avis, sur le taux nommé ...

    Lire la suite...

     
  • Toi, tu vas avoir des problèmes ... Mais très bon défouloir, it made my day

    Lire la suite...